Faites entendre l’Evangile toutes les nations


Cette homélie a été prononcée le 2 mai 2004, journée de prière mondiale pour les vocations, au cours d’une session des responsables de la coopération missionnaire des qua­tres diocèses bretons pour préparer la Semaine Missionnaire mondiale.

« Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent » (Jn 10, 27-30). Le Bon Pasteur connaît ses brebis : il sait comment leur parler, il sait ce qui les intéresse, ce qui est vital pour elles !
« Avec les jeunes de tous pays, faites entendre l’Evangile à toutes les nations ! » C’est le thème de la Journée Missionnaire mondiale d’octobre prochain. Comment faire pour que tous les hommes puissent écouter la voix du Bon Pasteur ? La voix qui libère des puissances de la mort, des angoisses, des peurs ? Comment faire pour que la communication se fasse vraiment ?
Les responsables de la Coopération missionnaire des quatre diocèses bretons : Rennes, Vannes, Quimper et Saint-Brieuc sont actuellement à la Roche du Theil, dans notre paroisse, pour essayer de répondre à ces questions pour préparer la semaine missionnaire mondiale.
Cette rencontre dans notre région est très importante car la Bretagne est un lieu d’échanges entre toutes les Eglises. Il y a beaucoup de religieux, de religieuses, de prêtres originaires de Bretagne qui vivent dans les jeunes Eglises et partagent avec les chrétiens de là-bas la nouveauté de l’Evangile. Il y a aussi des religieuses et des prêtres de ces jeunes Eglises qui exercent leur ministère en Bretagne. Le curé nommé de ma paroisse d’origine, Loudéac, au diocèse de Saint-Brieuc, le père Jean Mabundi est de la République Démocra­tique de Congo. Actuellement, les échanges entre les Eglises vont à la fois des pays du Nord vers les pays du Sud et des pays du Sud vers les pays du Nord. Les échanges ne sont pas à sens unique ! Et il y a aussi des échanges entre les Eglises des pays du Sud : des prêtres d’Amérique latine, d’Asie, travaillent en Afrique et vice-versa.
Ainsi, nous nous évangélisons mutuellement ! « Ecoute ce que l’Esprit dit aux Eglises ! » (Ap 2, 7). Chaque Eglise fait entendre un son particulier de l’unique Bonne Nouvelle et elle le partage avec les autres. Chaque Eglise découvre mieux que les autres un aspect de la Bonne Nouvelle et elle le partage avec les autres. Chaque continent, avec ses cultures, met en relief l’un ou l’autre aspect du message chrétien :

  • Afrique : « Eglise-famille », le « vivre ensemble »…
  • Amérique : pas d’Evangile sans justice ! Dieu ne veut pas que nous restions misérables.
  • Asie : valeur de la contemplation. On découvre la source de l’être. Maîtrise devant la souffrance.
  • Europe : respect de la liberté, valeurs démocratiques.
  • Océanie : liturgies vivantes, festives et chantantes.

Ainsi, nous sommes tous ensemble porteurs du message, jeunes et moins jeunes.

Cette année, en France, la Coopération missionnaire veut mettre en valeur ce qui se fait chez les jeunes dans notre pays et dans les autres pays. Comment la pastorale des jeunes se vit-elle ailleurs ? Comment fait-on pour faire bien entendre l’Evangile aux jeunes en France et ailleurs ? Pour le savoir, on a recueilli des témoignages : des responsables diocésains de mouvements ACE, MEJ, sont venus nous parler. On a recueilli en direct le témoignage d’une jeune bolivienne de La Paz, étudiante en France.
On a rassemblé aussi des témoignages de missionnaires revenus en France pour quelques temps, de jeunes partis en voyage découvrir d’autres Eglises et qui nous ont rapporté leurs découvertes de jeunes coopérants.
Il y a un énorme effort de créativité dans toutes les Eglises et les OPM soutiennent ces efforts. On prend en compte les aspirations des jeunes, leurs attentes, leur culture, leurs centres d’intérêt, leurs problèmes aussi. Ils sont affrontés à l’attrait des sectes, à l’exode rural, au sida, à la violence, au terrorisme, à la maladie. Et bien des jeunes trouvent des solutions, soutenus par les OPM. A New-Dehli, le Vendredi saint, des jeunes donnent leur sang pour qu’il serve à toutes les personnes qui en auront besoin.
Les OPM soutiennent aussi des initiatives pour former : des éducateurs, des jeunes eux-mêmes ; gros efforts dans la communication : formation à la radio, vidéo, théâtre, dessins animés, cours bibliques par internet ou par correspondance…
Ainsi, on cherche sur quoi va vraiment accrocher la Bonne Nouvelle, le même Evangile doit être présenté de manière différente selon le destinataire. Le message est le même, mais l’enveloppe change ! Pour se faire vraiment entendre de l’autre, pour communiquer avec l’autre, il faut le connaître, estimer sa culture, sa sagesse. Le Bon Pasteur nous entraîne sur ce chemin.