Une antenne vocations Mareuil


Thérèse Jaud
et Marie-Jo Teillet

Du projet…

Ce projet a mûri progressivement dans notre paroisse de Saint-Vincent sur Lay. La question des vocations dans l’Eglise avait été évoquée la première fois en conseil de paroisse, il y a un an, comme thème possible pour notre fête paroissiale, en raison de l’ordination de Mgr Santier, alors toute proche… Finalement pas retenue, elle allait faire son chemin… Il a suffi au conseil de paroisse de rester éveillé, attentif aux événements qui se produisaient chez nous…

Quel événements ?

Le cheminement de Nicolas vers le diaconat : un événement à ne pas manquer pour une paroisse… une chance à saisir. L’engagement de l’un des « nôtres » allait nous rendre sensibles à la question des vocations dans l’Eglise : vocation au diaconat, bien entendu, mais aussi au ministère de prêtre, et à la vocation religieuse… et plus profondément encore notre vocation à tous et à chacun en vue de répondre à l’appel de notre baptême : « Toi aussi, à ta manière, là où tu es, comme tu es… je t’appelle… viens et suis-moi… »
Une invitation à participer au congrès régional des vocations à la Pommeraye sur Loire (mars 2002), lequel fut précédé d’une enquête préparatoire sur les vocations adressée à tous et d’une rencontre diocésaine à La Roche en novembre 2001 avec l’envoi des participants par Mgr Santier et l’appel à former en même temps et en communion, une chaîne de prière pour les vocations, matérialisée par l’envoi des icônes en chacune des quatre zones de notre diocèse.

J’ai participé à ce congrès…

De ce congrès, je suis revenue confirmée dans la joie que nous avons à travailler tous ensemble, en communion au service de la mission (évêque, prêtres, diacres, religieux, laïcs… mariés, célibataires ou consacrés). Quel bonheur de se stimuler mutuellement ! Confirmée aussi dans la responsabilité que nous portons ensemble, à en appeler d’autres à se mettre en route aussi au service du Christ, selon la voie qui est la leur, y compris celle du ministère ou de la vie religieuse…

Et alors ?

Que faire ? Sinon répercuter autour de moi, dans ma paroisse, cette conviction reçue du Christ, via l’Eglise et par la voix de notre évêque… que le Seigneur envoie encore aujourd’hui, chez nous, les ouvriers dont l’Eglise a besoin pour sa moisson.
A nous de nous encourager, de nous soutenir, mais aussi de nous interpeller et de favoriser tout ce qui peut aider un enfant, un jeune, à faire l’expérience d’une vraie rencontre avec le Seigneur qui lui permette peut-être un jour de se laisser sereinement interpeller : « Pourquoi pas moi ? »

A sa concrétisation

En conseil de paroisse, nous avons pris acte de tout cela. Et nous avons décidé de nous mettre au travail… en vue de mettre sur pied, le moment venu, une antenne-vocations chez nous.

Le temps du Carême 2002

Nous avons donc décidé d’axer notre « campagne de Carême » 2002 sur le thème des vocations, mettant à profit l’institution de Nicolas aux ministères qui avait lieu justement le premier dimanche de Carême à Mareuil… Un temps fort de sensibilisation pour la communauté où nous avons pris conscience que c’était toute notre paroisse qui avait à devenir diaconale.
Le mercredi suivant, en veillée, nous avons proposé une soirée de réflexion sur le diaconat, animée par l’abbé Hubert Herbreteau qui avait suivi l’équipe d’accompagnement… L’occasion de découvrir, de comprendre ce qu’est le diaconat permanent, sa particularité, son importance.
Le deuxième dimanche de Carême, ce fut l’ouverture, lors de l’Eucharistie, d’une semaine de prière pour les vocations, avec accueil de l’icône qui avait été démultipliée et envoyée en chacun des relais… Sur place, chaque relais ou mouvement était invité à prévoir un temps de prière pour les vocations avec l’aide d’une fiche préparée par les sœurs de chez nous.
La semaine suivante, de nouveau une soirée réflexion autour du thème des vocations. Là, nous avons fait appel au service des vocations et l’abbé Marie-Jo Seiller est venu nous aider. Nous avons été provoqués par la question : « Notre vocation, l’avons-nous vraiment trouvée ? Accueillie ? » Nous nous sommes demandé comment devenir éveilleurs de vocations et nous avons évoqué la mise en route d’une antenne-vocations dans la paroisse.

L’ordination de Nicolas (juin 2002)

Un temps évidemment très fort pour notre paroisse. D’autant plus que Geneviève et Nicolas avaient accepté de partager tout simplement, au cours d’une soirée ouverte à tous, leur long cheminement de couple vers le diaconat, fait d’étonnement, puis d’hésitations, de questions, avant de donner leur oui, ayant réfléchi ensemble et avec d’autres… Un moment où chacun a pu se sentir renvoyé à sa propre vocation à suivre le Christ.

Fête de la paroisse (octobre 2002)

Le thème coulait de source : « Tous appelés et tous appelants ». Au cours de l’Eucharistie, des personnes de chez nous, d’âges et de situations diverses, ont été appelées par le conseil de paroisse à rendre compte de la manière dont, concrètement, elles essayaient de répondre à des appels dans leur vie de tous les jours (vie de jeune, d’actif, de retraité, de prêtre, de religieux). Un moyen de donner consistance au mot vocations. Là encore, nous avons fait appel au service des vocations et l’abbé Seiller, venu nous accompagner, nous a fait comprendre l’importance de chanter chacun et ensemble, notre note dans l’Eglise. C’est alors que fut annoncée la mise en route, cette année, d’une antenne-vocations.

Constitution de l’antenne

Lors de notre dernier conseil de paroisse, nous avons repris la question, cherché des personnes à appeler (vocations variées, âges divers, hommes et femme, parents d’enfants engagés dans la vie religieuse, personnes en relation avec des enfants ou des jeunes). Les démarches sont commencées, l’accueil plutôt favorable, et l’équipe constituée s’est réunie le 16 décembre.

Une antenne vocations, pourquoi ?

• pour tenir la paroisse en éveil : informations, sensibilisations…
• pour nous stimuler à la prière et à l’appel ;
• pour nous garder en lien avec le diocèse : pas seulement une démarche paroissiale, mais s’inscrivant dans la mouvance de la lettre que nous a adressé Mgr Santier.
• pour nous rappeler que nous avons tous, chacun à notre place unique, quelque chose à faire pour l’Eglise.

article paru dans Vocations Vendées
octobre-novembre-décembre 2002