Soutenir le choix du cÚlibat dans l’Eglise latine


Mgr Jean-Pierre Ricard
archevêque de Bordeaux,
président de la Conférence des évêques de France



Extrait du discours d’ouverture de l’assemblée plénière des évêques (Lourdes, 4 novembre 2005)


Devant le manque de prêtres qui marque un certain nombre de régions du monde, le Synode a examiné l’hypothèse d’une ordination d’hommes mariés, les « viri probati ». Après examen, les Pères du Synode ont exprimé l’avis que cette voie ne devait pas être empruntée. Ils ont réaffirmé « l’importance du don inestimable du célibat dans la pratique de l’Eglise latine » (Proposition 11). Une Eglise qui se sent appelée, comme chez nous en France, à devenir de plus en plus une Eglise de la première évangélisation appelle tout particulièrement cette forme de disponibilité et de consécration totale à la mission qui reproduit le mode d’existence choisi par le Christ lui-même pour l’annonce du Règne de Dieu. II est important de promouvoir et de défendre ce choix du célibat sacerdotal. Nous savons que nous avons à le faire dans un environnement qui lui est hostile, y compris dans certains secteurs de notre Eglise. Le récent livre d’entretiens de l’abbé Pierre, Mon Dieu... pourquoi ? en est une illustration.

Mais ce qui m’interroge, ce sont moins les affirmations de l’abbé Pierre, dont un certain nombre étaient déjà connues, que l’exploitation médiatique qui en est faite. Une curiosité, aussi pressante que sélective, fait silence sur ses affirmations concernant Jésus, les Evangiles, l’Eucharistie ou la Trinité pour ne se concentrer que sur le sexe. Son propos est instrumentalisé pour alimenter le procès contre l’Eglise et en faire une arme de plus contre le célibat des prêtres. Tout est bon pour nourrir un tel combat : que ce soit un scandale, des cas de pédophilie, des prêtres qui ont des enfants ou qui se marient. Quand, après tel ou tel incendie, on arrête un pompier pyromane, on prend toujours soin de souligner que c’est vraiment une exception par rapport à l’ensemble du corps des pompiers. On ne le fait jamais pour les prêtres. On ne dit pas que des milliers de prêtres ratifient aujourd’hui avec sérénité et amour le choix initial du chemin qu’ils ont pris.

Cette remise en question médiatique du célibat sacerdotal ne se fait pas, remarquons-le, pour des raisons d’animation ecclésiale ou pour promouvoir le mariage. Celui-ci, nous le savons, est également remis en question. Ce n’est pas non plus tellement la situation de célibat qui est remise en question. Il y a quatorze millions de personnes en France qui vivent un célibat choisi ou forcé. On parle rarement de leur situation affective et sexuelle. Ce qui est visé ici, c’est le célibat consacré, celui qui est choisi pour le Règne de Dieu. Car il vient dire qu’il n’y a pas seulement l’usage du sexe dans la vie et que l’homme est appelé à savoir maîtriser ses propres pulsions. Or, il y a là une interpellation que notre société, aujourd’hui, a du mal à entendre et à accepter.

Ceci doit éclairer et motiver notre propre engagement. En proposant le célibat aux jeunes qui envisagent le presbytérat, nous ne défendons pas seulement une simple discipline ecclésiastique héritée du passé mais nous témoignons, comme d’ailleurs dans notre conception chrétienne du mariage, de ce qui nous paraît vital pour le bonheur de l’homme et la stabilité de notre société aujourd’hui.